LE MAGNETISME AU SERVICE DE L’HOMME

Entretien avec Marie-France O'Leary

Marie-France, depuis plus de trente ans, vous exercez en tant que magnétiseuse guerisseuse et thérapeute.

Que représente pour vous le magnétisme ?

page 83 baTout est magnétisme. L’énergie de l’univers est une force magnétique qui œuvre de manière positive ou négative. Depuis toujours, nous savons qu’il y a des pôles qui, tels des aimants, attirent ou repoussent. Nous-mêmes, dans notre vie, sommes attirés par des personnes de manière inexpliquée, ou tout au contraire repoussés. Le magnétisme curatif, c’est un don de la vie.

Le magnétisme, c’est la manifestation de l’énergie qui vit en nous. Celle qui attire ou qui repousse. Qui fait que nous aimons ou que nous n’aimons pas. Tout cela fait partie de l’humain. Cela existe depuis que l’homme existe. Personne n’a jamais décrété qu’il convenait de poser sa main sur le front de son enfant malade et de le serrer contre soi.

Depuis toujours, l’homme l’a fait et depuis toujours l’enfant en a ressenti un bien-être. Je touche avec tout mon amour et ça fait du bien. Le magnétisme, c’est cette énergie en nous qui fait du bien, donne du bien, donne de la vie. Un magnétiseur guerisseur ne sait pas forcément comment il guérit. Il sent simplement dans son corps. J’émets, tu reçois, mais si tu ne veux pas recevoir, tu es libre. Et ça, c’est formidable. Le magnétisme, c’est cette énergie que nous captons de l’univers et que nous donnons à la personne.

Quel est le rôle possible du magnétiseur guérisseur dans la maladie ?

Nos vies sont un peu comme des contes. A un moment donné, tout va mal. Si on se laisse enfermer dans notre psychisme, on va de plus en plus mal. C’est l’origine de la maladie. La dualité est si forte que nous ne pouvons plus communiquer avec la vie. Le magnétiseur est relié à des énergies d’amour. Il est là pour redonner à la personne une place dans l’univers.

Comment se passe une séance de magnétisme ?

Il y a différents paliers dans le magnétisme que je pratique :
Le magnétisme curatif : par imposition des mains. L’énergie circule dans le corps de la personne. Le rééquilibrage qui se produit va permettre à la personne de faire le choix de privilégier la santé sur la maladie.
Le magnétisme pour l’éveil de la conscience : aider l’autre à faire que son énergie ne l’emprisonne pas mais soit créative. Qu’elle lui permette de s’ouvrir à son potentiel créateur. Pratiquement, le magnétisé est allongé sur une table de magnétisme, les yeux fermés, centré en lui-même.
Le magnétiseur, relié aux énergies d’amour de l’univers, se laisse guider par les sensations qu’il perçoit dans son propre corps. Il peut, par exemple, percevoir une forte tension au niveau du ventre. En posant sa main sur le ventre (corps physique), peut s’éveiller la sensation d’une douleur dans un autre endroit du corps sur laquelle le magnétiseur travaillera à distance (corps énergétique). La séance durera le temps nécessaire pour que le magnétiseur sente un bien-être profond et un nouvel équilibre s’installer. Le magnétisé, de son côté, pourra vivre la séance comme un moment d’une profonde détente, sans sensation particulière. Il se peut aussi que la séance amène à sa conscience des événements liés à son enfance, ou fasse monter en lui des images, des sons ou des sensations liés aux énergies qui se remettent en place. Chaque séance est généralement précédée d’un temps de parole.

Est-ce que l’on naît magnétiseur ou est-ce qu’on le devient ?

page 5 aLe magnétisme, j’en avais avant de commencer à soigner. Nous en avons tous. Nous n’allons pas pour autant devenir soignant. Mais il est vrai que chaque être humain est émetteur et récepteur d’énergie et dégage donc un champ magnétique qui vibre. Le magnétiseur guerisseur est celui qui soulage mais aussi celui qui est en contact direct avec cette énergie : c’est celui à qui on a révélé le don de magnétiser. J’ai été formée dans la tradition du magnétisme : par transmission. Si on m’avait dit en 1975 que j’allais soigner, j’aurais sans doute ri. Mais j’ai toujours su, intuitivement, que le magnétisme était la force qui gouvernait l’univers. J’ai toujours su, petite, que j’émettais des ondes et que j’en recevais. J’avais la certitude que ma présence sur terre avait un sens.

 

 

 

 

 

 

Et vous avez eu la chance de rencontrer André Poirier ?

Une chance, oui, puisque cette rencontre a bouleversé ma vie. Mais chacun de nous rencontre à un moment donné « sa chance ». Va-t-il la saisir ? Va-t-il se laisser porter par son intuition, ou par sa peur de lâcher le connu ? On ne sait jamais pourquoi on passe d’un point à l’autre point, en se laissant guider au fil de sa vie. D’une aventure à une autre aventure. On le sait longtemps après : ça ne pouvait pas être autrement. Sur la route, on rencontre toujours un « voyageur ». Saura-ton l’écouter? J’écoute beaucoup mon intuition. Le langage de l’intuition, c’est le langage de l’âme. A chacun de nous l’intuition révèle, à un moment donné, notre place dans l’univers, et le sens de notre vie. Cette relation profonde à nous-même n’est pas forcément confortable, dans la mesure où elle nous révèle souvent que dans tel point de l’univers, l’énergie n’est pas telle qu’elle nous a été enseignée. Elle nous confronte à une remise en cause profonde que nous préférons souvent ignorer (Socrate, Galilée, Freud… ont eu des intuitions qui leur ont demandé beaucoup de force). Nous avons tous des intuitions qui, à un certain moment, changent le cours de notre destin, de notre histoire. La nuit où j’ai conçu ma fille (j’ai senti sa vibration qui me choisissait et entrait en moi), j’ai vu une grande lumière blanche. Je me suis laissée habiter par cette lumière et j’ai entendu en moi « rentre au Québec ». J’ai choisi de suivre ce qu’il m’était demandé. L’homme qui ne sait pas écouter son intuition vole sa propre vie. De retour au Québec, j’avais des ennuis de santé et des amis me parlent d’un acupuncteur, un indien Montagnais, vivant au Lac Saint-Jean, et m’engagent à aller le voir. Quand j’ai vu André, j’ai su que j’étais sur la terre, reliée au Ciel, mais pas au Ciel éloigné de moi : au Ciel vivant en moi. Le haut était relié au bas. Je savais que j’existais comme une voyageuse sur la terre. J’ai senti alors en moi un courant d’énergie et d’amour que je n’avais jamais ressenti. C’était toutes mes cellules qui vibraient dans l’énergie de l’amour. Ma vie avait un sens. Je savais que j’entrais dans une connaissance consciente où l’amour de la vie éveillait en moi l’amour de l’univers. Des courants d’énergie qui me permettaient d’accéder au monde par l’écoute de mon corps, autrement que par le regard physique. J’ai su que j’étais là pour participer à la transmutation des énergies. J’ai senti des énergies qui s’éveillaient dans mon cerveau, au troisième œil, je commençais à voir l’aura.

Qui est, finalement, André Poirier ?

C’est un homme qui est sur terre pour nous apprendre à aimer autrement. C’est un « initié », un « maître », peu importe. C’est un être qui s’est incarné consciemment, pour permettre à la terre de grandir plus vite dans l’amour du divin. Il porte une vibration d’amour inépuisable, offerte à ceux qui choisissent de s’y relier. Vous formez des élèves ? L’objectif de la formation que nous donnons est que les élèves rencontrent leur intuition, c’est-à-dire éveillent leur féminin pour agir leur masculin. Pour avoir leur place et se responsabiliser dans leur place. Il y a en chacun un corps-énergie qui existe, relié au corps-physique, mais possédant une vie propre qu’il est possible de connaître. L’énergie est là pour leur permettre d’éveiller en eux des forces qui sont endormies. Ces forces de création, sans connaissance de l’énergie, ne peuvent pas se manifester. La base, c’est cette force d’énergie magnétique qui, si elle se met au service de l’homme, peut l’unifier. L’homme doit devenir un témoin vivant de l’équilibre de la terre. Transformer la nature humaine, c’est long. L’apprentissage du temps nous met en relation avec les énergies du cosmique. L’unité des énergies en nous nous rend vivants. Plus nous apprenons à aimer, plus la vie va se transformer. Il faut cesser d’avoir peur de vivre et d’aimer. Comment être aujourd’hui en relation d’amour avec moi pour vivre avec toi dans cette énergie magnétique dont je suis porteur et que je communique aux autres pour soigner, faire du bien, donner de l’amour. Pour pouvoir toucher la vie, il faut d’abord reconnaître ses ombres. A partir de là, l’énergie que je donne se purifie.

C’est un travail de recherche sur soi ?

Oui, mais pas seulement. C’est avant tout un apprentissage dans notre relation au monde. J’écoute qui je suis. Comment ? A l’intérieur de moi. Ma sensibilité vibre dans mon corps. Mon corps est un outil de transformation qui me permet de comprendre l’énergie dans laquelle je vis. Elle parcourt mon corps en suivant les méridiens. Elle touche des points très précis que les chinois ont mis en pratique par l’acupuncture. Ces points me relient à mes organes, ceux-ci sont reliés entre eux, à l’univers environnant et, de proche en proche, à l’ensemble des galaxies. Il est essentiel de comprendre qu’énergétiquement, tout est relié. Donc, si je sais écouter ce qui se passe en moi, j’apprends peu à peu à me sentir relié à ce que je suis, mais aussi à ce que je suis dans ma relation à l’univers. Ce champ magnétique, si j’apprends à le lire, me permet d’avoir un contact différent avec le monde. Si je sais appréhender le monde différemment, je sais m’accepter et t’accepter dans ta différence. Cela signifie que ceux qui excluent sont peut-être des personnes manipulées par des champs magnétiques qu’ils ne savent pas identifier : si j’exclus, il y a une partie de moi que j’exclus. Pourquoi avons-nous de la difficulté, à la fin du xxe siècle, à accepter l’autre dans sa différence, comme si nous avions besoin d’exclure pour exister ? Tout est en moi. Si je pacifie l’ennemi en moi, il se peut très bien que ça se pacifie autour de moi. L’inconscient provoque ce que nous sommes, pour nous apprendre à nous conscientiser. La vie nous invite à nous laisser guider d’un point à un autre point, pour apprendre à aimer différemment la vie. Notre humanité s’apprend dans des excès d’énergie de plus en plus violents. En nous, il ya un désir de vivre autrement et de se raccorder à l’unité. Dans chaque être il y a ce désir d’unité, de pacification, de voir le conflit cesser.

Il s’agirait en fait de donner un sens à sa vie ?

Il faut croire à ses objectifs de vie. Il faut croire à ce que l’on est. Sinon on perd pied et la dépression s’installe. On se laisse manipuler par la souffrance, le mal. On donne pouvoir à l’événement, à la souffrance, au lieu de se relier aux forces vivantes de l’univers. Alors que si on garde son objectif, on se maintient debout, vivant, acteur de sa vie avec confiance. Je me vis comme apprentie sur la terre. Je ne sais pas si je sais vivre, je sais que je cherche à vivre. Je ne sais pas si je sais aimer, je sais que je cherche à aimer. Je cherche à équilibrer mes forces de vie pour être de plus en plus en équilibre dans l’univers. L’énergie vit dans l’univers. Nous sommes le maillon d’une chaîne. A certains moments, nous avons des intuitions. Pour que notre intuition devienne conscience et connaissance, il suffit de s’y donner. Se donner à soi-même. Devenir son propre allié est une énergie qui va s’équilibrer en moi et permettre ainsi à mon milieu de s’équilibrer.

Une dernière question : le magnétisme peut-il nous aider dans notre relation à nos enfants ?

Nos enfants nous renvoient à nous-même. A certains moments, l’enfant devant moi est aussi l’enfant que j’ai été. Mes parents me projetaient ce regard. Je recevais aujourd’hui une femme qui me disait sa lassitude devant les colères de ses enfants. Si je ne sais pas que l’enfant, dans sa colère, vit son histoire qui n’est pas la mienne, je risque de fusionner avec l’histoire de mon enfant et le rendre dépendant de son émotion. Si je sais reconnaître que c’est son histoire, je peux trouver ma propre force, mettre les bornes qui sont nécessaires et permettre ainsi à l’enfant de grandir en apprenant à canaliser son émotivité. Magnétiser, c’est toucher l’autre avec tout son amour. Pour moi c’est essentiel dans la relation à l’enfant. C’est lui donner une force de vie et une confiance en lui qui lui feront un bagage de vie irremplaçable.

Source : "Tout un programme", trimestriel édité à Paris, avril 1996.

Newsletter !

MARIE-FRANCE O'LEARY

Le Beauvais, 58330 Saint-Saulge

Téléphone

03 86 58 29 98 / 06 11 99 55 42

email

oleary.mariefrance@orange.fr